Mort du l’Option ou du PQ ?

Chaque jour, j’écoute les nouvelles, je lis le journal. Depuis un certain temps, je remarque que le discours face à la souveraineté est identique de la part des chroniqueurs des différents médias. Les Marie Grégoire de ce monde ne cessent de marteler que ce n’est pas le Parti Québécois qui bat de l’aile, mais bien le projet de l’indépendance qui n’est plus d’actualité. 

Un petit rappel historique s’impose.

Après la conquête, Lévis et Pontiac continuaient à se battre contre l’envahisseur. En 1837 et 1838, les Rébellions des Patriotes montre un courant indépendantiste fort. Vers les années 1930, deux courants de pensées reflètent la ferveur d’une souveraineté : le Chanoine Lionel-Groulx développe l’idée de l’autonomiste Québécois au sein du Canada, et l’autre courant, un peu moins populaire, prône l’indépendance claire et nette. Cette dernière a pris plus d’ampleur vers les années 1960 qui fut le début de la révolution tranquille et se concrétise par la naissance du Parti Québécois en 1968.

Nous vivons toujours les soubresauts de cette époque. Un de ceux-ci est de penser que le PQ est le seul  »bon train » vers l’indépendance, que si le PQ n’est plus, la souveraineté devient impossible. C’est faux. Comme si Québec Solidaire, Option Nationale ainsi que les différents mouvements qui prônent l’option d’un Québec souverain n’existaient pas. Le sondage de Léger Marketing, à la mi-janvier, ramène tout le monde à la réalité. L’indépendance est appuyée par 43% de la population. Ce pourcentage est plus haut que 10 mois avant le référendum de 95.

C’est l’Option qui va mal ou le PQ ? Dans tous les cas, les choses changent, le contexte se modifie, mais les idées les plus claires restent. Elles ne font que s’adapter au temps qui passe et c’est exactement ce que l’Option a toujours fait. Tanné des vieux partis, le mouvement indépendantiste est en redéfinition. Le projet d’indépendance est d’autant plus nécessaire aujourd’hui. Les médias essaient pourtant de faire croire le contraire ; que la souveraineté, c’est une vieille idée, un vieux débat.

Le vent du changement est à nos portes et la peur de certains se fait ressentir ! Ne vous a-t-on jamais dit qu’une idée ne pouvait mourir ?

Écrit par Dominic Palladini, Modifié par Coralie LaPerrière

Publicités

A propos coralielaperriere

Je suis militante dans divers mouvements, MPIQ, SSJB, DénonciNation, MQF, MMF.... Je me bats pour ma langue et mon pays pas pays encore.
Cet article a été publié dans Le Fondateur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mort du l’Option ou du PQ ?

  1. romane dit :

    Comme entendu dans ce clip à 4,08min.¨j’ai pas l’intention d’être souverainiste toute ma vie¨. http://www.youtube.com/watch?v=vWcvN5dUjbQ
    J’ai plus envie de voir aboutir enfin la République du Québec que de voir une première ministre au pouvoir…
    J’ai espoir en la COALITION NATIONALE (jesignequébec.com)et son Programme COMMUN d’État DÉMOCRATIQUE. Qui va montrer l’exemple pour que tous nous soyons emballé d’aller faire un X sensé?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s